Boomerang : De retour au bungalow familial, Karine et sa sœur Stéphanie se préparent à vivre leur grossesse sous le même toit.

Parité hommes-femmes

En 2017-2018, le FMC a mis en place une série de mesures concrètes visant à accroître le nombre de femmes qui occupent des postes clés dans les productions financées par le FMC. Ces mesures comprennent des changements concrets aux Principes directeurs et aux politiques du FMC, l’engagement d’atteindre la parité entre les sexes au sein de tous les jurys d’évaluation de projets et le soutien à des initiatives de tiers telles que le Programme d’apprentissage pour les réalisatrices de l’Académie.

Comme le montrent les recherches menées dans différents marchés du monde et les statistiques du FMC, les femmes sont sous-représentées dans les catégories de direction du secteur audiovisuel. En effet, avant l’introduction des mesures de parité entre les sexes, en moyenne, les femmes n’occupaient que 23 % des postes de réalisation, 34 % des postes de scénarisation et 39 % des postes de production des projets financés par le FMC. C’est dans ce contexte que le FMC a mis en place des mesures au sein de ses programmes de financement pour accroître le nombre de femmes qui occupent des postes créatifs clés (producteur, réalisateur et scénariste en télévision ou producteur, réalisateur, programmeur et concepteur en médias numériques).

En 2018-2019, les télédiffuseurs étaient tenus d’affecter 25 % (tout en ciblant 35 %) de leurs allocations d’enveloppe de rendement ou de développement à des projets pour lesquels un minimum de 40 % de tous les postes créatifs clés était occupé par des femmes.

Au total, 90 % des télédiffuseurs ayant des allocations d’enveloppe de rendement ont atteint l’exigence de 25 % et la cible de 35 % (trois télédiffuseurs n’ont pas satisfait à l’exigence). Par ailleurs, 92 % des télédiffuseurs ayant des allocations d’enveloppe de développement ont atteint l’exigence de 25 % et 83 %, la cible de 35 % (deux télédiffuseurs n’ont pas satisfait à l’exigence).

Dans les programmes sélectifs (des volets convergent et expérimental), trois points supplémentaires étaient octroyés aux projets qui comptaient au moins 40 % de femmes dans des postes clés. En outre, la parité a été atteinte au sein de tous les jurys de sélection.

Dans le Volet convergent, 33 projets (62,3 % des projets retenus) ayant presque atteint la note de passage (trois points ou moins sous celle-ci) ont été acceptés parce qu’ils avaient reçu des points pour la parité et 23 projets (17,0 % des projets refusés) ayant presque atteint la note de passage et ayant été refusés auraient été acceptés s’ils avaient reçu des points pour la parité. Dans le Volet expérimental, 25 projets (26,0 % des projets retenus) ayant presque atteint la note de passage (trois points ou moins sous celle-ci) ont été acceptés parce qu’ils avaient reçu des points pour la parité et 24 projets (11,0 % des projets refusés) ayant presque atteint la note de passage et ayant été refusés auraient été acceptés s’ils avaient reçu des points pour la parité.

Cette année a donc été la deuxième année des initiatives de parité hommes-femmes. Les résultats 2018-2019 des exigences des programmes sont illustrés dans les graphiques ci-dessous. Ceux-ci représentent le pourcentage global de femmes qui occupent des postes créatifs clés comparativement au nombre total d’hommes et de femmes au sein des projets financés par le FMC.1 Les résultats tirés des demandes d’aide à la production télévisuelle ont été divisés selon les postes créatifs clés de scénaristes, de réalisateurs et de producteurs. Les écarts entre le nombre de femmes à ces postes ont été analysés par catégorie langue-genre et par taille du devis. Les projets télévisuels financés par le FMC sont sur la bonne voie pour atteindre la cible l’an prochain, ce qui n’est pas le cas des projets de médias numériques.

Dans le cas des postes de scénarisation, les femmes représentent plus de 40 % (ce qui dépasse la cible) dans toutes les catégories langue-genre, à l’exception des dramatiques et des émissions de variétés et des arts de la scène de langue française. Dans le cas des dramatiques de langue anglaise et des émissions pour enfants et jeunes de langue française, les femmes constituent même plus de 50 % des scénaristes. Dans l’ensemble, en ce qui concerne les postes de scénaristes pour des productions de langue anglaise, le pourcentage de femmes a augmenté, passant de 44 % en 2017-2018 à 48 %. En ce qui a trait aux dramatiques de langue anglaise, le pourcentage est passé de 47 % à 51 %. Du côté des projets de langue française, le pourcentage de femmes qui occupent un poste de scénarisation est demeuré à 41 %, comme en 2017-2018.

Tant les projets à petit ou à grand budget comptent de 46 % à 50 % de femmes à la scénarisation. C’est la catégorie médiane des devis allant de 400 k$ à 800 k$ par épisode qui affiche le pourcentage de femmes le plus faible. Les projets aux devis inférieurs constituent plus de la moitié des projets illustrés.

En 2018-2019, la part des femmes à des postes de réalisation a été plus faible que celle des femmes à des postes de scénarisation ou de production. Ce pourcentage s’établit à 40 % pour ce qui est des documentaires de langue anglaise et à 39 % (une hausse de 13 points de pourcentage par rapport aux 26 % de 2017-2018) dans le cas des dramatiques de langue anglaise. La part des femmes à des postes de réalisation s’est établie à 13 % pour les émissions de variétés et des arts de la scène de langue française et anglaise, et à 18 % en ce qui concerne les dramatiques de langue française. Les projets de langues autochtones et de la diversité comptent 37 % de femmes à des postes de réalisation. Ces résultats constituent une nette progression comparativement à l’exercice précédent. Dans l’ensemble des postes de réalisation de projets de langue anglaise, la part des femmes est passée de 30 % en 2017-2018 à 38 % cette année. Du côté de l’ensemble des projets de langue française, ce pourcentage est demeuré à 26 %, comme l’année dernière.

Ce sont les projets à devis élevés qui ont le meilleur dossier en ce qui a trait au recrutement de femmes à des postes de réalisation. Dans les deux catégories de devis par épisode les plus élevés, les pourcentages de femmes à la réalisation se sont fixés à 40 % et à 39 %. Dans les quatre autres catégories de devis inférieurs, ce pourcentage va de 23 % à 34 %.

La parité est atteinte en ce qui a trait aux postes de production. Seules les dramatiques de langue française arrivent sous la barre des 40 % et, dans bon nombre de catégories, la part des femmes dépasse les 50 %. Dans l’ensemble des postes de production de projets de langue française, la part des femmes est passée de 40 % en 2017-2018 à 47 % cette année.

En ce qui concerne le devis par épisode, la représentation des femmes suit le même modèle dans le cas des postes de production. Ce sont les projets aux devis les plus élevés qui affichent les pourcentages les plus élevés de femmes.

NOMBRE DE PRODUCTIONS TÉLÉVISUELLES EN 2018-2019 SELON LA TAILLE DU BUDGET

Catégorie Productions
Moins de 100 000 $ 131
De 100 000 $ à 250 000 $ 127
De 250 000 $ à 400 000 $ 67
De 400 000 $ à 800 000 $ 98
De 800 000 $ à 1,75 M$ 40
Plus de 1,75 M$ 29
(Les projets expérimentaux illustrés ont été financés au titre des programmes d’innovation, pour les projets commerciaux et pour les webséries.)

La part des femmes dans des postes clés est toujours faible dans la majorité des projets du Programme d’innovation et du Programme pour les projets commerciaux. Les jeux et le contenu interactif riche sont les principaux types de projets financés et, dans les deux cas, la part des femmes ne dépasse pas les 30 %. Aucune catégorie ne présente une amélioration par rapport à l’an dernier; les femmes occupaient alors 29 % des postes clés en production de jeux.

Pour les webséries, près de 50 % des postes clés sont occupés par des femmes, une augmentation par rapport à 40 % l’an dernier.

Les tendances relatives à la taille du devis des projets expérimentaux sont à l’opposé de celles des projets télévisuels. Plus le devis d’un projet expérimental est élevé, moins il est probable que des femmes occupent des postes clés. On remarque toutefois une amélioration en ce qui concerne les projets aux devis les plus élevés, la part des femmes étant passée de 15 % en 2017-2018 à 23 % cette année.


1 Dans les résultats des projets télévisuels et expérimentaux, les totaux se fondent sur le nombre d’hommes et de femmes se définissant comme tels qui occupent des postes clés. Les répondants qui n’ont pas souhaité indiquer leur sexe ou qui se définissent selon d’autres genres n’ont pas été inclus dans ces chiffres.

Retour Haut de la page