This Hour Has 22 Minutes : Des entrevues-embuscades sous le signe de l’audace, satirisant avec esprit l’actualité politique canadienne

Volet convergent

Le Volet convergent appuie la création de projets canadiens à plateformes multiples qui doivent comprendre un contenu qui sera distribué sur au moins deux plateformes, dont la télévision et les médias numériques ou une plateforme de vidéo sur demande. Plus précisément, au moyen de ce volet, le Fonds des médias du Canada (FMC) finance le développement et la production d’émissions télévisuelles et de contenu connexe destiné aux médias numériques dans les quatre genres sous-représentés suivants : dramatiques, documentaires, émissions pour enfants et jeunes ainsi que variétés et arts de la scène. La composante médias numériques exigée doit être un contenu interactif ou linéaire lié à la composante télévision du projet et créé spécifiquement pour être consommé sur des plateformes numériques. Il peut également s’agir d’outils ou d’applications de découvrabilité qui ont recours aux médias sociaux ou numériques en vue de situer, d’accroître ou d’attirer des auditoires ou qui offrent une expérience synchronisée au cours de la diffusion de la composante télévision. Le Volet convergent vise à soutenir l’accès à du contenu canadien partout, en tout temps, dans l’appareil du choix de l’utilisateur.

Les programmes et les mesures incitatives qui constituent le Volet convergent visent à encourager la création de contenu dans toutes les régions du Canada et dans les diverses langues parlées par la population du pays. La majorité du financement de ce volet est versée au moyen du Programme des enveloppes de rendement.

Financement du volet convergent

En 2018-2019, le FMC a versé 285,3 millions de dollars pour financer la production de 493 projets convergents, ce qui a permis de produire 2 595 heures de nouveau contenu et de déclencher 1,3 milliard en activité de production. Ces totaux incluent les projets financés au titre du Programme autochtone et du Programme de diversité linguistique. Le financement a légèrement augmenté de 0,2 % par rapport à l’exercice précédent, même si l’activité de production totale est demeurée stable. En 2018-2019, le financement total octroyé aux composantes télévision s’est établi à 261,8 millions, ce qui représente 91,7 % des engagements du Volet convergent. Dans l’ensemble, la proportion entre le financement et le devis de production est demeurée à 4,6:1, un sommet des cinq dernières années, ce qui témoigne bien de l’importance de l’effet de levier du financement convergent du FMC.

Le financement versé aux composantes médias numériques à contenu riche et élaboré a encore diminué en 2018-2019, pour atteindre 23,5 millions, par rapport à 24,6 millions en 2017-2018. Au total, 176 projets médias numériques à contenu riche et élaboré ont été financés (comparativement à 166 l’an dernier), des budgets de 35,4 millions leur ayant été affectés. Les devis des projets médias numériques s’établissaient à 201 000 $ en moyenne. De plus, 57 autres composantes médias numériques à petit budget ont été financées en 2018-2019. Un déclin général des devis du contenu médias numériques lié à une émission de télévision est observé depuis les deux dernières années. Les structures financières des médias numériques précisées ci-dessous ont été entièrement financées par des télédiffuseurs, le FMC, des sources gouvernementales, des producteurs et des fonds privés.

Retour Haut de la page

Enfants et jeunes

Les émissions pour enfants et jeunes de langue anglaise ont reçu 10,6 % de l’aide à la production octroyée à ce marché linguistique, soit la proportion la plus faible des cinq dernières années. Les devis télévisuels moyens s’établissaient à 682 000 $ l’heure, soit 156 000 $ de plus qu’en 2017-2018. De leur côté, les devis totaux et le nombre d’heures produites ont atteint un creux historique des cinq dernières années.

Les émissions pour enfants et jeunes de langue française ont reçu 18,1 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens s’établissaient à 177 000 $ l’heure, soit légèrement plus que l’an dernier. Le financement, les devis totaux financés et les heures financées ont tous atteint un plancher des cinq dernières années.

Les distributeurs canadiens et étrangers ainsi que les télédiffuseurs étrangers ont fourni des parts importantes du financement des projets pour enfants et jeunes de langue anglaise en 2018-2019, surtout les sources étrangères, qui ont représenté 11,3 % du financement. Contrairement aux autres genres, ce sont les sources provinciales (y compris les crédits d’impôt) qui ont fourni la part de financement la plus importante des projets de langue anglaise. Les télédiffuseurs ont offert d’importants déclencheurs aux projets de langue française.

Retour Haut de la page

Documentaires

Les documentaires de langue anglaise ont reçu 25,4 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens s’établissaient à 388 000 $ l’heure, un record des cinq dernières années. Les devis totaux ont augmenté par rapport à l’an dernier. Le nombre d’heures produites est demeuré stable.

Les documentaires de langue française ont reçu 19,8 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens ont atteint 135 000 $. Les devis totaux et le nombre d’heures financées ont augmenté par rapport à l’an dernier, sans atteindre toutefois les niveaux observés au cours des années antérieures.

En 2018-2019, les distributeurs et les sources étrangères ont collectivement versé 5,4 % du financement des projets télévisuels de documentaires de langue anglaise. Les investissements de producteurs sont plus élevés dans les documentaires de langue anglaise que dans tout autre genre. Du côté du marché de langue française, ce sont les télédiffuseurs qui représentent les plus importants bailleurs de fonds des projets télévisuels.

Retour Haut de la page

Dramatiques

Les dramatiques de langue anglaise ont reçu 60,0 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens s’établissaient 2,0 millions de dollars l’heure (du jamais vu), en partie en raison du creux historique quant au nombre d’heures produites. Les devis financés ont légèrement reculé par rapport aux deux dernières années (baisse de 9,6 millions par rapport à 2017-2018). La somme versée par le FMC est demeurée stable.

Les dramatiques de langue française ont reçu 55,3 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens s’établissaient à 475 000 $, un sommet des cinq dernières années. Le nombre d’heures financées et les devis totaux ont également atteint un record des cinq dernières années.

Les distributeurs et les sources de financement étrangères ont collectivement fourni 22,2 % des devis des projets télévisuels dramatiques de langue anglaise en 2018-2019, une part plus élevée que celle de chacun des autres genres. Pour les projets dramatiques télévisuels de langue française, la part des télédiffuseurs a été de 43,9 %. Par ailleurs, la part des producteurs dans le financement des projets de dramatiques de langue française atteint 3,4 %.

Retour Haut de la page

Variétés et arts de la scène

Les émissions de variétés et des arts de la scène de langue anglaise ont reçu 4,0 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens s’établissaient à 594 000 $ l’heure, du jamais vu au cours des cinq dernières années. Le nombre d’heures financées a beaucoup diminué comparativement à la hausse des devis totaux observée depuis l’an dernier.

Les émissions de variétés et des arts de la scène de langue française ont reçu 6,7 % du financement octroyé à ce marché linguistique. Les devis télévisuels moyens ont atteint 221 000 $ l’heure, une diminution par rapport à 255 000 $ l’an dernier. Les devis totaux financés et le nombre d’heures financées ont connu de faibles déclins, à la suite de la baisse du financement du FMC.

Comme il est fréquent dans ce genre, les télédiffuseurs ont versé une part importante du financement des projets, en particulier en télévision de langue française, leur contribution y ayant atteint 60,5 %. La part du FMC du financement des projets de langue française est faible, à 8,0 %. Des associations de musique (inclues dans « Autres sources ») ont versé des fonds substantiels à deux émissions de remise de prix de langue anglaise en 2018-2019. Le financement des médias numériques de langue anglaise n’est pas illustré dans le graphique, car un seul projet a été financé en 2018-2019.

Retour Haut de la page